Lectio divina et Adoration du Saint Sacrement tous les vendredis

REJOIGNEZ-NOUS !

Tous les vendredis* de 19h00 à 21h30 Initiation à la Lectio Divina et Soirée d’Adoration

Du temps pour la prière

La Lectio Divina par son nom latin renvoie à une pratique ancienne de lecture spirituelle de la Bible. Pourtant, c’est une pratique simple et familière ; associer la lecture biblique et la prière est toujours un « essentiel » de la foi. Sa « redécouverte » tient en partie de la difficulté à trouver aujourd’hui le temps et l’attention nécessaires pour une lecture méditative des Écritures.

Le sens du geste

Adorer le Saint- Sacrement, c’est reconnaître la présence réelle du Corps et du Sang du Christ dans le signe – sacrement veut dire signe – du pain et du vin, consacrés au moment de la messe. L’Adoration est l’expression de notre reconnaissance et de notre émerveillement pour ce que le Christ a fait pour nous : avant de verser son sang pour nous sauver, lors de son dernier repas, il nous a donné sa chair en nourriture (Jean, 6). Désormais, il est présent au milieu de son peuple, l’Église, tous les jours et jusqu’à la n des temps. Adorer, c’est donc se mettre en sa présence a n de laisser l’amour grandir en nous. L’Adoration du Corps eucharistique du Christ se fait lors de la célébration de la messe, particulièrement au moment de la consécration et de la communion. Mais l’exposition et l’Adoration du Saint- Sacrement, l’après-midi ou en soirée, peuvent prolonger ce temps d’Adoration. Mais il ne faut pas oublier que le Christ est aussi présent dans sa Parole et en chacun de nous lorsque nous communions : nous sommes le corps du Christ.

Un temps de dépouillement

L’Adoration eucharistique est à double sens : le Christ Jésus s’expose à notre regard et à notre prière et il nous invite aussi en retour à nous exposer nous mêmes à son regard. Ainsi, l’Adoration silencieuse peut-elle être un temps de dépouillement, de dépossession et de foi nue. L’Adoration peut donner une impression de perte de temps, d’inutilité. Mais marquer ainsi un arrêt dans la course de nos agendas, c’est comme remettre les choses à leur place.