Et si le carême était un temps qui nous permettait de marcher libre!

Et si le carême était un temps qui nous permettait de marcher libre, alléger vers les sources rafraîchissantes de la foi; marcher vers le matin de pâques pour respirer le vent de la résurrection. L’an dernier comme aide au chemin qui nous conduit à Pâques, dix conseils nous ont été proposés. Et voici cette année trois éléments pour une marche sereine grâce aux principes de l’évangile :

La prière :

Quels moments de prière vais-je m’offrir pendant cette période de Carême ?
Quelles intentions de prière vais-je porter ?

Le but de la prière: se convertir à la lumière de la Parole de Dieu et respirer Dieu. La prière est une démarche de conversion à la lumière de la Parole Dieu. C’est par la prière que se révèlent les situations d’injustice et la grâce d’y remédier; la soif de communier avec Dieu par conséquent, de communier aux joies et aux peines de nos frères et soeurs en humanité.

Je ne sais pas vraiment prier, je ne sais pas quoi dire. Qui pourra m’aider à essayer ?

Pourquoi ne pas m’accorder par jour un temps de lecture et de méditation de la Parole de Dieu ? Aller à la messe plus que souvent ?
Prier « c’est respirer Dieu », St Séraphin de Sarov. Profitons du carême pour respirer Dieu.

Le jeûne : 

Le jeûne, qu’est-ce que ça veut dire pour moi ?
Le jeune c’est un appel, un effort qui dépend de moi pour retrouver la liberté et m’alléger.
Jeûner c’est vérifier qu’on est libre de toutes les chaînes de télévision, de jeux vidéo, de magasins, d’information et même d' »amitié ». Car ces chaînes peuvent s’intérioriser et conduire à la paralysie et à l’asphyxie notre âme. Le jeûne ouvre sur l’extérieur et nous rend plus libre, plus disponibles pour écouter l’autre.
Le jeûne allège de certaines nourritures terrestres, les unes mauvaises pour la santé, comme les drogues; et les autres qui peuvent devenir un esclavage, comme la colonisation des esprits par les écrans et les écouteurs.

Comment vais-je être à l’écoute de ceux qui vivent autour de moi ?

Pourquoi ne pas penser à ôter de mon quotidien ces chaînes et nourritures qui m’éloignent des autres et de Dieu ? Le sacrement de la confession pourrait-il m’aider à m’alléger pour une plus grande liberté ?

Le partage : 

Quelles solidarités est-ce que je vais vivre ?

le partage a pour but un échange réciproque. Une action généreuse est faite pour quelqu’un, une action de solidarité est faite avec quelqu’un. Être disponible à l’autre, c’est ouvrir la porte pour recevoir et pour donner.
Qu’est-ce que je suis prêt à donner et qu’est-ce que je suis prêt à recevoir ?

 » Le Christ s’est fait pauvre pour nous enrichir de sa pauvreté » (2 Co 8, 9). Le baromètre de l’amour c’est le partage en tout du sort de Jésus et de ceux auxquels il s’est identifié.
Par la prière, le jeûne et le partage, avançons vers pâques !

Père François-Xavier Eloundou.