Pèlerinage IRLANDE

 Le dimanche 5 mars dernier, beaucoup de paroissiens ont participé au cadeau surprise pour le 50e anniversaire du père Patrice Sonnier :

un pèlerinage en Irlande sur les pas de Saint Patrick
à la rencontre de l’Irlande spirituelle
…SUIVRE l’EVENEMENT EN DIRECT…

 

jour 6 -7 / vendredi 6 octobre

Dernier jour de ce beau pèlerinage sur les pas de St Patrick, la découverte de la capitale de la République d’Irlande, Dublin.

Comme il se doit après avoir parcouru en long et en large le centre ville en plein essor, un arrêt au pub Irlandais s’imposait….

L’accueil des Irlandais est étonnamment ouvert, chaleureux et bienveillant à l’égard des prêtres et cela même dans les rues. Un sourire, un « Hello Father ! ». Quelles que soient les conditions, le fair-play et la courtoisie, le calme font partie du vivre ensemble des Irlandais…

jour 6 -7 / vendredi 6 octobre

Toujours associé au culte païen des puits sacrés, l’Irlande honore Ste Brigitte de Kildare (451-525). La Sainte est invoquée pour les guérisons. Le pèlerin se présente dans le sanctuaire de la Sainte en suivant un Chemin de la Croix où chaque station est associée à une pierre sur laquelle le pèlerin place un des membre s de son corps souffrant. À l’issue du chemin de la croix le pèlerin doit boire au puits sacré en priant avec foi Ste Brigitte pour obtenir du Seigneur la guérison.

Ce que l’on peut retenir de cette pratique chrétienne tirée du paganisme est la démarche commune à tous les hommes : la libération de toutes sortes de mal. Pour les païens c’est l’esprit de superstition qui invoque un dieu ou une déesse pour une guérison; jamais obtenue totalement. En devant chrétien par le baptême la superstition laisse la place à la foi qui donne la vraie guérison accordée par le vrai Dieu : « va ta foi t’a sauvé »  » va ta foi à guérit ton serviteur ».

Rendons grâce pour notre baptême qui nous a donné la foi qui nous rend participant de notre salut par le Christ. En entrant  dans une église pensons à faire le signe de La Croix avec l’eau qui rappelle la foi reçue le jour de notre baptême…

Jour 5 / jeudi 5 octobre

En ce 5′ jour du pèlerinage sur les  pas de St Patrick je parviens au pied du lieu où repose le Saint apôtre d’Irlande, à Downpatrick. Au sommet de la colline qui domine la ville se trouve une pierre portant l’ inscription « Patrick » avec une croix celtique. C’est là dans la région du nord de l’Irlande que Patrick entrepris sa mission après son séjour en France. Et c’est là qu’il voulu rendre son dernier souffle de sa longue vie de missionnaire. Se trouver dans ce lieu de mémoire, l’esprit se projette dans l’histoire de l’Eglise universelle. Pour un prêtre qui a charge d’âmes au coeur d’un monde agité et sans repère, le récit de la vie de St Patrick est source d’inspiration et d’espérance. Je retiens deux aspects importants de la vie de St Patrick qui décrivent la grandeur de son âme. Tout d’abord il y a l’amour de cette terre irlandaise. Alors que sa famille était originaire du Pays de Galle en Angleterre et qu’il fut détenu en esclavage par un druide, chef de clan de la région nord, il décida d’y retourner pour lui pardonné et lui annoncer le message du Christ. Il entrepris aussi, progressivement, l’évangélisation de l’île. En parcourant l’ensemble de l’Irlande je mesure l’amplitude de l’âme missionnaire de l’apôtre et de sa vie de prière intense. Dans sa « confession » le Saint écrit qu’il priait souvent une centaine de fois par jour, de très courtes prières dite souvent en marchant, visitant les petites communautés chrétiennes. Aujourd’hui il est possible de se rendre facilement et rapidement au quatre coins du pays. À l’époque de Patrick plusieurs jours étaient seulement nécessaire. Le zèle missionnaire de l’apôtre est remarquable en bien des aspects alors que le Pape Francois veut une Eglise ouverte sur le monde et missionnaire de la Bonne Nouvelle. Je trouve auprès de mon St Patron beaucoup d’espérance pour la mission qui m’ai confiée à St Pierre de Montmartre et au Collège des Bernardins. J’ai prié sur la tombe de St Patrick pour toutes les âmes que le Seigneur me confie. Je me recommande à votre prière afin que je sois le prêtre selon le coeur de Jésus….

Jour 4-5 / mercredi 4 octobre :

C’est dans la cathédrale St Patrick d’Armagh que j’ai pu présider la messe. Ce fut un moment de grâce et de joie tant le souvenir de l’apôtre de l’ Irlande est puissant. C’est dans cette ville qu’il a voulu établi son siége épiscopal. De ce lieu il gouvernait son Eglise et faisait entrer par la baptême de nombreux convertis. Aujourd’hui Armagh est le siége épiscopal du Primat de l’Irlande, successeur de St Patrick pour toute l’Irlande. Pour tout chrétien et le prêtre en particulier la cathédrale est le lieu où se proclame la foi de l’Eglise reçue et transmise de générations en générations. Y célébrer la messe et y prêcher c’est s’inscrire dans ce mouvement de la vie de foi d’un peuple en marche. Deo gratias !!

Jour 4-5 / mercredi 4 octobre :

Dans le prolongement de la visite du puits sacré, voici deux photos, l’une prise dans une grotte visitée au cours de la journée et l’autre du baptistère de la cathédrale St Patrick de Armagh. Les stalactites montrent de remarquables sculptures, fruit d’un long travail de plusieurs siècles de l’eau dans les entrailles de la terre. Ici encore l’évocation de ce trésors cachés et révélés grâce à la quête insatiable de l’homme pour repousser les limites du monde réel et découvrir les beautés de la nature. L’autre évocation de l’eau jaillissant des entrailles de la terre vient alimenter les fonds baptismaux de la cathédrale, siége épiscopal d’où la foi est transmise. L’originalité de ce baptistère est qu’il se situe au dessus d’un puits d’où jaillit une source. L’eau du puits de la cathédrale St Patrick devient l’eau du baptême qui régénère et donne la vie éternelle aux hommes. De belles illustrations du rapport entre les réalités naturelles accessibles à l’homme et les réalités surnaturelles qui nous parviennent par le mystère de la vie du notre Seigneur Jésus Christ, mort et ressuscité selon la chair pour le salut de l’humanité. En la fête de St François célébrée en ce 4 octobre notre hymne en faveur de la création et des créatures s’élève devant Dieu. Puisse l’humanité s’engager sur le chemin de la préservation de la terre, notre « maison commune » !..

Jour 4-5 / mercredi 4 octobre :

L’Irlande est un pays dont la pluviométrie est forte ce qui offre au pèlerin un paysage verdoyant. De nombreux puits parsèment la campagne. L’une des traditions païennes est de célébrer des rites sacrés autour de ces puits.
L’un des plus célèbres est celui de Tobernalt. Depuis le l’époque druidique ces rites invoquaient des fées, symbole de richesse et de prospérité. La tradition païenne rapportait que les fées cachaient des trésors au fond des puits, sous la terre. Les hommes qui devenaient propriétaire d’un puits sacré étaient assurés d’avoir une terre fertile. Avec l’évangélisation entreprise par St Patrick puis par les monastères franciscains, les rites païens ont été remplacés par la foi catholique. L’évangélisation du culte païen consistait à éveiller la foi des hommes aux réalités divines cachées, source de bénédictions. Des baptêmes y étaient alors célébrés. Les fées étaient progressivement remplacées par le Christ invisible mais vivant dans le coeur de l’homme et de sa divine Providence qui assure les biens matériels.
Un autre usage de ces puits sacrés pendant la persécution des Anglais au 17′ siècle alors que le culte catholique était interdit dans les villes, les prêtres célébraient clandestinement la messe près de ces puits.
Cette antique tradition n’a pas perdu de son intérêt symbolique en ce temps où nous sommes. En effet, le monde païen de nos sociétés imagine de nouvelles fées idéologiques censées assurer une prospérité et un bien être pour l’homme. La nouvelle évangélisation est à l’œuvre pour rappeler aux hommes que le Christ est le seul qui peut comblé le cœur de l’homme…

Jour 3 / mardi 3 octobre :

Au coeur de l’Irlande, dans le comté de Mai, se trouve la petite ville de Knock. C’est en 1879 qu’une quinzaine de personnes d’entre 6 et 75 ans ont vu, sur les pierres du mur extérieur de l’église paroissiale une apparition de la Vierge Marie. Elle était accompagnée par St Joseph et St Jean l’Evangéliste avec derrière les apparitions, un autel exhibant une Croix et l’Agneau du Seigneur. Aucun message ne fut délivré, seulement le témoignage des trois figures célestes. Le Pape Saint Jean Paul II plaça l’Irlande sous la protection de Notre Dame de Knock, Reine de l’Irlande. La présence de St Joseph et de St Jean près de la Vierge Marie rappelle qu’ils ont accueilli chez eux la Mère du Sauveur, lorsqu’elle accueillait en son sein le Verbe de vie et lorsqu’elle accueillait l’humanité en la personne de Jean confiée par Verbe de vie crucifié sur le bois de la croix. Alors que le Pape François se rendra en Irlande en 2018 pour présider le congrès international sur la famille, Notre Dame de Knock nous est présentée comme celle qui nous aide à prendre soin de la vie de sa conception jusqu’à son terme. À la suite de St Joseph et St Jean accueillons la Vierge Marie et laissons-nous instruire par sa sagesse en faveur de la vie.

Jour 3 / mardi 3 octobre :

Chaque Eglise locale à son pèlerinage sur les pas de son Saint Patron : St Jacques de Compostelle pour l’Espagne ou bien St Pierre de Rome pour l’Italie, pour l’Irlande c’est celui qui mène au Mont Croagh depuis l’abbaye de Ballintubber située à une trentaine de km du lieu où ST Patrick se retira 40 jours pour faire pénitence dans la prière. Ce pèlerinage est le témoignage d’une ferveur religieuse face aux turpitudes de l’histoire.

Depuis le 16´siècle le pèlerinage est devenu le symbole de la résistance face aux Anglais qui voulaient éradiquer la foi catholique en implantant la religion anglicane. Les églises et les monastères étaient détruits et les messes interdites. Aujourd’hui le pèlerin ne peut que constater les ruines. Contrairement à la France, le patrimoine religieux est faible. Cependant ce manque est compensé par une grande foi catholique qui est ressentie avec joie dans les échanges que j’ai avec les irlandais.

Sans ostentation et très modestement exprimés, l’amour de l’Eglise et l’attachement à la foi catholique sont pour le moment forts. Quelque chose me fait penser que le combat en faveur de la transmission de la foi menée par St Patrick se retrouve aujourd’hui dans l’expression de la foi catholique en Irlande. Mon admiration pour la foi de ce peuple est grande et demande à être soutenu par la prière.

Jour 3 / mardi 3 octobre :

La mission de St Patrick dans le pays celtique païen et violent suivait une stratégie précise. L’Apôtre établissait de petites communautés chrétiennes au nombre de trois autour des clans druidiques. Au centre de la communauté une petite hutte faisant office de chapelle. Seul St Patrick en visitant ses communautés célébrait la messe et exhortait les chrétiens à prier pour la conversion du clan celtique. L’évangélisation se faisait sans confrontation ni rapport de force.Les païens venaient alors ce faire baptiser par le Saint Évêque. Il se développait ainsi un réseau stable qui progressivement permis une évangélisation profonde et durable.

Prions pour que l’Eglise poursuive sa mission d’annoncer la Bonne Nouvelle avec douceur,  persévérance et sans crainte jusqu’aux périphéries existentielles….


Jour 2 / Lundi 2 octobre :

Après un long séjour de plusieurs années en France notamment sur l’île de Lérins dans l’abbaye fondée par St Honorât puis à Auxerre et Rome où il fut consacré évêque puis envoyé en mission en Irlande, Saint Patrick évangélisa l’Irlande en 441. La tradition rapporte qu’il commença par se retirer sur le mont Croagh Patrick pendant 40 jours avant de devenir un grand prédicateur des druides. J’ai demandé bien évidemment à mon saint patron qu’il renouvelle mon zèle apostolique pour le salut des âmes qu’il me confie. Je me confie à votre prière pour devenir chaque jour un prêtre selon le Cœur de Jésus.

Jour 2 / Lundi 2 octobre :

Un des lacs de la région du Connemara chanté par Michel Sardou. Cette région d’une grande beauté livre un panel de couleurs sans cesse renouvelé par les entrées maritimes. Les langues de pierres façonnent le paysage où les moutons offrent leur laine pour le tissage des célèbres pulls et plaids irlandais. Puissent les hommes reconnaître la précieuse et fragile « maison commune », la nature, source de vie et de beauté…

Jour 2 / Lundi 2 octobre :

Près de la ville de Galway le Monastère franciscain de Ross Errilly fondé en 1351 est l’un des sites médiévaux les mieux conservés d’Irlande. Ce monastère évoque l’important rôle des communautés religieuses missionnaires dans le développement économique, culturel du pays. La spiritualité chrétienne a rendu pérenne le développement du peuple Irlandais, resté profondément attaché à son héritage chrétien avec comme icône St Patrick et cela malgré l’entrée de l’Irlande en 1995 dans l’Europe. Les effets de la mondialisation privant de repères stables l’Europe, l’Irlande nous donne un bel exemple du maintien de l’âme chrétienne d’un peuple et de sa force devant les soubresauts de l’histoire. Prions pour que sa foi de défaille pas et qu’elle demeure un modèle de stabilité pour l’Europe….


Jour 1 / Dimanche 1er octobre :

La pierre de l’éloquence au sommet du château de Blarney. Il s’agit pour celui qui recherche l’éloquence du langage de se prêter à une coutume celtique qui consiste à s’allonger sur le dos, sur une pierre les yeux orientés vers le Ciel et la tête dans le vide. C’est un acte de foi bien peu chrétien. On mesure combien St Patrick avait fort à faire pour christianiser ce rite païen. C’est le Verbe du Vie qui donne sens à nos vies. Qu’il nous inspire la parole qui soutient nos frères et nous donne de proclamer les merveilles du Seigneur….


Jour 0 / Samedi 30 septembre :

Dans la ville de Cashel la célèbre de prédication théologique de St Patrick sur le mystère de Sainte Trinité » voilà la figure de la Sainte Trinité  » : il montre un trèfle ♣, symbole de l’Irlande unie dans la foi catholique. Que l’unité des Personnes divines qui est l’Amour parfait soit notre modèle de vie. Avec ma bénédiction du Dieu trois fois Saint.

Jour 0 / Samedi 30 septembre :

Du Haut du Ciel la terre d’Irlande est baignée de lumière sous la protection de Notre-Dame de Knock, Reine d’Irlande et de Saint Patrick célèbre évangélisateur du V’ siècle….