« Venez derrière moi » Mc 1, 17

Voici pour ce dimanche une question qui, un jour ou l’autre, voire souvent, nous a tourmentés de manière lancinante au point de nous faire souffrir plus ou moins vivement. Ou du moins, elle aurait suscité en nous complexes, sentiments d’être mal aimés voire détestés, incompris et pas considérés à notre juste valeur. Où est ma place : dans et à l’église ; dans le cercle familial et amical ; en milieu professionnel et ou tout simplement en société ?

Si une telle question peut être légitime, et que « Dans le livre [la Bible], est écrit pour moi ce que tu [Dieu] veux que je fasse » (Ps 30), entendons ce que nous dit l’Evangile de ce dimanche comme une réponse à ce tourment et à tous ces complexes et sentiments. C’est pour nous, au cœur du légitime qui ne peut sauver, que Jésus proclame la Nouvelle infiniment plus libératrice et salvatrice : « Convertissez-vous, et croyez à la Bonne Nouvelle ». La première réponse que le Christ nous apporte lorsque nous avons du mal à nous situer, à trouver la place qui est la nôtre dans la vie quotidienne, c’est de nous convertir et croire à la Bonne Nouvelle. Nous convertir et croire à l’Evangile est un acte de foi comparable à la démarche de Jonas : « Jonas se leva et partit…selon la Parole du Seigneur ». Se lever suppose de se poser la question : quand est-ce que ma volonté me met en route et vers quoi me dirige-t-elle ? Se lever, c’est décider de nous laisser libérer par l’Evangile. Accepter de nous situer et trouver notre place dans la vie et dans le monde en tant qu’enfants bien-aimés du Père aux yeux duquel nous avons du prix. Partir en tant que personne élue de Dieu et dont la place dans le monde tient sa raison d’être d’une initiative divine et de la charge divine imprimée au monde par Jésus, vrai homme et vrai Dieu. La seconde réponse qu’apporte le Christ indique où est notre place « Venez à ma suite » (Mc 1, 17). La véritable place du disciple et chrétien se trouve dans « la suite du Christ ». Etre au monde comme il a été lui, nourrissant les mêmes pensées et ayant au cœur les mêmes aspirations. Voilà qui nous fera comprendre qu’il ne s’agit pas tant de vouloir occuper une place et en obtenir toute la reconnaissance due. Mais, il est davantage question d’un état de vie de chrétien et disciple qui nous met en mission « Je ferai de vous des pêcheurs d’hommes » (Mc 1, 14-17). A l’exemple des pêcheurs qui sortent les poissons du fond des eaux pour les rassembler dans un même filet, notre mission consiste à sortir les hommes du péché, les libérer des puissances du mal et les rassembler dans l’Eglise. Cette mission détermine de façon radicale notre place dans le monde et exige de nous de lutter contre tous les esclavages qui portent atteinte à la dignité des fils de Dieu.

Père François-Xavier Eloundou M. ld