HORAIRES DES MESSES

Lundi : 19h
Mardi : 8h45
Mercredi : 8h45 – 19h00
Jeudi : 8h45
Vendredi : 8h45 – 17h00
Messe dominicale anticipée, samedi à 18h.
Messe dominicale à 10h30.

Accueil / confessions :

Père Patrice Sonnier,
le mercredi de 17h à 19h30 à la sacristie.
Confessions (uniquement) : Père Enrique,
le mardi et le vendredi de 17h30 à 19h00 à la sacristie

 

Tous les vendredis
de Carême
de 16h00 à 21h00
Chemin de croix à 16h00
Messe à 17h00
Maraudes à 19h00
Lectio divina à 19h15
Soirée d’adoration à 20h30

Soif de Dieu

Jésus rencontre aujourd’hui la Samaritaine : c’est la rencontre entre la soif de Dieu qui désire notre bonheur et notre soif de bonheur, que nous trouvons en Lui seul. Jésus va au puits de Jacob et il y rencontre une femme : elle est samaritaine, donc hérétique considérée par les habitants de la Judée comme impure, une ennemie. C’est une personne qui a cherché l’amour véritable sans le trouver. Elle se rend au puits toute seule. Jésus, qui la connaît profondément, lui demande à boire, chose qu’un homme de Judée n’aurait jamais fait ; mais pour le Seigneur, ne rentre en compte ni la race, ni la religion, ni ‘’l’état de vie’’; toutes les personnes l´intéressent, il nous aime tous et il veut le salut de tous.

Aujourd’hui, comme il le fit en Samarie, Jésus s’approche de notre vie, au milieu de notre chemin de Carême et il nous demande comme à la Samaritaine : « Donne-moi à boire » (Jn 4,7). « Sa soif matérielle, nous dit Jean-Paul II, est signe d’une réalité beaucoup plus profonde : elle manifeste le désir ardent, autant pour la femme Samaritaine que pour  tous les autres Samaritains, qu’ils s’ouvrent à la foi ».

La préface de la célébration d’aujourd’hui nous raconte que ce dialogue se termine en un ‘’troc’’ rédempteur par lequel le Seigneur : « (…) en demandant de l’eau à la Samaritaine, avait versé en elle la grâce de la foi, et s’il a voulu avoir soif de la foi de cette femme, ce fut pour réveiller en elle le feu de l’amour divin ».

Ce désir rédempteur de Jésus qui a ‘’soif’’ est, aujourd’hui la ‘’soif’’ de notre foi, de notre réponse de foi aux invitations à la conversion, au changement, à la réconciliation avec Dieu et avec nos frères, afin de nous préparer du mieux que nous pouvons à recevoir une vie nouvelle de ressuscités en ce temps de Pâques qui approche.

« C’est Moi, celui qui te parle. » (Jn 4,26) Cette confession directe de Jésus, relative à sa mission et qu’il n’avait faite à personne d’autre auparavant, nous démontre également l’amour de Dieu qui se fait rechercher du pécheur ; elle est une promesse de rédemption et assouvira abondamment le désir des hommes de Vie véritable. C’est ainsi que plus loin dans ce même Évangile, Jésus proclamera : « Si quelqu’un a soif, qu’il vienne à moi, et il boira, celui qui croit en moi ! » selon le mot de l’Écriture : De son sein couleront des fleuves d’eau vive. » (Jn 7,37b-38). Pour cette raison, notre engagement consiste aujourd’hui à sortir de nous-même et à dire aux hommes: « Venez voir un homme qui m’a dit… » (Jn 4,29).

Père Enrique Guedeja-Marron, M. Id, vicaire.