HORAIRES / ACCUEIL

HORAIRES DES MESSES

Lundi : 19h
Mardi : 8h45
Mercredi : 8h45 – 19h00 
Jeudi : 8h45
Vendredi : 8h45 – 17h00
Messe dominicale anticipée, samedi à 18h
Messe dominicale à 10h30

ACCUEIL / CONFESSIONS

Père Patrice Sonnier,
le mercredi de 17h à 19h30 à la sacristie.

Père Enrique,
le mardi et le vendredi de 17h30 à 19h00 à la sacristie
Confessions (uniquement)

EDITO ET MAGAZINE D’INFORMATIONS PAROISSIALE

Donnez-nous, Seigneur, beaucoup de saints prêtres !

Alors que 14 nouveaux prêtres viennent d’être ordonnés ce samedi 24 juin à Notre-Dame de Paris, l’occasion nous est offerte de porter notre attention sur le lieu où sont formés les futurs prêtres de l’Eglise : le séminaire. On peut considérer que le séminaire est une sorte de matrice dans laquelle l’âme du jeune homme, qui se sent appelé au sacerdoce, est profondément modelée humainement et spirituellement par l’Esprit Saint. Par une longue formation qui dure sept ans, le jeune homme doit être amené à faire un choix décisif. Voici comment le Père Stéphane Duteurtre, Supérieur du Séminaire de Paris, nous présente cette préparation :  « Un séminaire inscrit dans la dynamique missionnaire de l’église, pour Paris et au-delà. Le séminaire de Paris est issu d’une réforme de la formation des prêtres, voulue par le Cardinal Lustiger. Son implantation, au cœur de la ville, manifeste que les prêtres formés sont au service des communautés chrétiennes de Paris, mais aussi du reste de la France et du monde. Sur les 330 prêtres formés depuis 1985, plus du quart servent dans d’autres diocèses que celui de Paris.

Une année de fondation spirituelle pour enraciner profondément l’attachement au Christ. Comme l’écrit saint Jean-Paul II, : « Ceux qui se préparent au sacerdoce doivent comprendre que toute la valeur de leur vie sacerdotale dépendra du don qu’ils sauront faire d’eux-mêmes au Christ et, par le Christ, au Père » (Pape Jean-Paul II, Angélus, Rome, 4 mars 1990). Prendre le temps de l’attachement au Christ, pour lui-même, durant toute une année, avant de se lancer dans la formation au sacerdoce proprement dite, donne un axe clair sur l’identité et la mission du prêtre.

Une formation intellectuelle construite autour de l’écoute de la parole de Dieu dans l’Ecriture et la Tradition. L’étude de l’Ecriture sainte, âme de la théologie, informe toute la pensée chrétienne. Elle permet l’intégration harmonieuse du mystère chrétien pour qu’il éclaire la vie, la pensée et les requêtes des hommes que Dieu aime d’une manière toujours nouvelle et habitée par l’espérance.

Une vie de communauté forte qui prépare les futurs prêtres à la collaboration avec tous. Pour avancer sur le chemin lumineux, mais forcément imprévisible, de la remise de soi au Seigneur, les séminaristes ont besoin de s’appuyer solidement sur des frères. Les communautés constituées d’une dizaine de séminaristes et de deux prêtres offrent ce cadre, dans lequel chacun peut exercer librement sa charité envers ceux que le Seigneur lui confie. Les huit communautés formant le séminaire se retrouvent pour les cours et pour plusieurs rendez-vous chaque semaine. »

Une fois ordonné, le prêtre commence un long chemin passionnant et exigeant à la suite du Christ, le Bon Pasteur. Mais le prêtre demeure vulnérable dans sa vocation dès lors qu’il se retrouve seul et qu’il s’inscrit dans une forme de routine. Il a besoin d’être sans cesse soutenu et porté par l’Eglise tout entière, par le peuple des chrétiens. Nous sommes tous responsables de la fidélité à la vocation de ces 14 nouveaux prêtres. Nous devons les aider par la prière et l’amour filial et fraternel à demeurer, jour après jour, fidèle à leur engagement. Tout prêtre a besoin de sentir qu’il ne s’appartient plus, que sa vie n’a de sens que dans le don généreux par amour du Christ et des âmes.

Prions pour que le Seigneur suscite dans son Eglise beaucoup de vocations sacerdotales. Qu’il y ait beaucoup de prêtres, beaucoup de saints prêtres !

Père Patrice Sonnier, Curé, M. Id

 

 

 

 

PROJET DE MISE EN LUMIERE

La lumière, outil et matière

L’année qui s’ouvre devant nous verra le 870e anniversaire de la consécration de la première pierre de notre église, à Pâques de l’an 1147, par le pape Eugène III, en présence de saint Bernard de Clairvaux et de l’abbé de Cluny, Pierre le Vénérable.

A cette occasion, l’Association pour le Rayonnement de Saint-Pierre de Montmartre, en partenariat avec Cathy Olive, scénographe, propose un projet de mise en lumière qui mettra en valeur les éléments d’architecture et de lumière à l’intérieur de l’édifice.

L’agencement entre la pierre, la lumière naturelle et la lumière artificielle a fait l’objet d’une étude scientifique et technique d’un grand intérêt en faveur de la mise en valeur du patrimoine : la matière appelle la lumière, celle qui provient de la position et de l’orientation du territoire par rapport au système solaire et aux points cardinaux. Leurs rapports mutuels combinés à la structure de l’espace initient à la dimension temporelle.

Cette lecture architecturale, la destination culturelle et la dimension scénographique sont autant de paramètres participant au projet de la mise en lumière de Saint-Pierre de Montmartre.

Nous sommes honorés d’avoir reçu un si beau patrimoine en héritage, d’en prendre soin, de le valoriser et de le transmettre aujourd’hui. Saint-Pierre de Montmartre doit réaffirmer son attractivité et son rayonnement, il est important de redonner à notre église la place qu’elle mérite.

Père Patrice Sonnier